mercredi 17 avril 2024

Sur mes pas à une rencontre pour découvrir "La suspension consentie de l'incrédulité" !

 Il y a quelques années, fort gentiment, on m'avait qualifié de spectateur professionnel. Je dois l'avouer, ce compliment m'avait touché positivement ! Il en reste que lorsque la proposition de 5 à 7 de la Compagnie Jean Duceppe dans les coulisses du théâtre du même nom est apparue sur mon radar, j'ai dit oui tout de suite. Ainsi donc pour la soirée de première, je serai là pour assister aux propos d'une vrai spectatrice professionnelle, Émilie Perreault pour sa rencontre "La suspension de l'incrédulité". Sans rien vouloir divulgacher, je peux affirmer haut et fort, que de cette rencontre, j'en suis revenu tout à fait comblé ! Et voici pourquoi en quelques lignes.

                                           Affiche de la soirée tirée du site de la Place des Arts

À mon arrivée en salle pour ce 5 à 7, j'ai une bière à la main (gracieusement fournie à l'entrée des coulisses). Je trouve rapidement ma place sur (surprise !) sur un siège la première avec juste derrière moi, une feuille rouge sur laquelle il y a le mot "réservé" inscrit ! Le temps passe, les sièges trouvent preneur.es, et même celui sur lequel s'assoit l'hôtesse de la soirée. Impossible pour moi de me retenir, je la remercie de sa demande transmise préalablement par courriel.

Pause

Ce courriel nous demandait de transmettre une chanson qui nous fait pleurer à chaque fois qu'on l'écoute. Après un cours moment de réflexion, j'en trouve deux et je répond ""Qu'est-ce qu'on leur laisse" de Richard Séguin ! Chanson que j'écoute en boucle depuis cette demande et qui oui, m'émeut à chaque fois, comme bien d'autres chansons aussi de Richard Séguin !

Fin de la pause

Une fois venu le moment de débuter, nous avons droit aux consignes d'usage préenregistrées, mais par l'intermédiaire de Marc Labrèche, sur son mode tout aussi caractéristique qu'humoristique. Et c'est de sa place de spectatrice qu'elle débute, fort symboliquement cette rencontre. Avec ses questions fort pertinentes, elle brise la glace. Soit, pourquoi sommes-nous ici ? Et aussi pourquoi, elle, se met en scène devant nous, dans une posture différente ? 

Je ne reviendrai pas sur tout ce qui suivra, nous en apprendrons son cheminement de son passage au collège d'un plateau sportif, à une scène jusqu'à un siège dans une salle. Utilisant les voix off de nombreuses personnalités (Guy Nadon, Éric Emmanuel Schmitt, Robert Lepage et aussi Marc Labrèche de retour), et aussi de celle de citoyens ordinaires qui ont vécu des situations hors de l'ordinaire, elle nous illustre fort clairement le pouvoir de la rencontre culturelle !

Si l'art peut "faire oeuvre utile" pour soulager, elle peut aussi ouvrir les horizons, poigner aux trippes, et cela Émilie Perreault, le met en évidence. Elle nous fait même la démonstration du pouvoir des propositions culturelles sur le "mind changing".

Voilà une proposition en apparence toute simple, mais qui mérite d'être vue pour tout.e spectateur-spectatrice qui visite régulièrement ou non une salle de spectacle pour mieux comprendre ce qu'il ou elle vive, soit la suspension consentie de l'incrédulité !

Sur mes pas en danse; Pour une troisième fois, être pris "À bout de bras" avec David Albert-Toth et en être encore captivé !

 C'était ma deuxième partie de ma sortie culturelle de ce beau mardi soir de mi avril. Pour m'y rendre, je dois aller tout à l'ouest de chez moi, soit à la Maison de la Culture Notre-Dame-de-Grâce. Au programme, la présentation de "À bout de bras" de "Parts+Labour_Danse" (Emily Gualtieri et David Albert-Toth) avec sur scène David Albert-Toth.

Bon OK, j'en étais à une troisième fois, dont la plus récente, à l'Agora de la Danse, fin 2022. Proche. Comme je n'ai pas voulu relire mon retour de l'époque, je constaterai comment les souvenirs de cette rencontre accompagneront mes sensations des moments à venir. Et comme une proposition chorégraphique est une oeuvre vivante, peut-être y verrais-je une évolution (de celle-ci ou de ma perception) !

C'est donc de mon siège en deuxième rangée (oui, oui !!!) que j'attends le début de la représentation devant un rideau noir bien fermé ! Une fois les présentations d'usage de la responsable de la Maison de la Culture (Mylène Robillard) faites, nous attendons le début. Mais plutôt l'ouverture du rideau, nous apparaît devant nous par la fente, David Albert-Toth qui avec ses bouts de papier et son micro, nous entretient de "capitalisme". Ses propos interpellent et nous requestionnent sur son bien-fondé et aussi par les faits historiques montre qu'il en laisse beaucoup derrière, abandonnées ! Une fois terminé ce prologue, il retourne derrière le rideau qui peu après s'ouvre pour nous permettre de le voir revêtir les habits pour la suite.

                                  Crédit:Robin Pineba Gauld tirée du site Parts+Labour_Danse

Sans vouloir revenir en détails sur ce qui suivra, il en reste que ce tableau "devant la machine à COKE" sans argent, durant lequel il s'exprime sur ce que l'on peut tout.es ressentir, viscéralement, devant l'objet de notre désir sans que l'on puisse l'obtenir, chacun.e pourra s'y reconnaître. Pour la suite, les moments théâtraux, riche en onomatopées tout en "cssssss", alterneront avec ceux chorégraphiques. Il ne reste que les gestes comme les paroles, ont un propos forts.

Pause

Tellement forts que lors de la discussion d'après représentation, une jeune femme, de ma rangée qui comme moi l'avait vu à l'Agora de la Danse, a témoigné qu'elle ressenti de fortes émotions tout aussi fortes cette fois comme la fois précédente.

Fin de la pause

Cette incursion dans son univers se termine tout en magie, créant et parsemant les fleurs de papier sur la scène.

Ainsi donc pour une troisième fois, pour moi, la magie a opéré et aussi pour le public de tout âge présent, dont ces jeunes enfants, fort actifs à la période de questions réponses. Et pour reprendre les derniers mots de mon texte de la fois précédente, "Pendant l'heure, le personnage, à bout de bras, a pris possession de mon attention pour l'éblouir et tout en la déjouant en toute fin. Une rencontre qui me laisse des traces, et non pas seulement des illusions ou des propos qui s'évaporent. Petit souhait en terminant, j'en étais à mon deuxième solo de David, pour quoi pas un troisième prochainement, comme le dicton, "jamais deux sans trois" !" À suivre donc !

samedi 13 avril 2024

Sur mes pas à une très belle rencontre à l'Agora de la danse avec Heidi Strauss dans "between you and me" !

Il arrive que mon agenda se remplisse un peu trop et que je peine à y trouver une place pour une proposition culturelle prometteuse ! "Il n'y a pas que ça, Robert !" dit quelques fois sagement ma blonde. Il en reste que lorsque j'ai lu la description de cette proposition, "Heidi Strauss, seule en scène et non sans touches d’humour, captive par son intrigante présence. Ça se passe entre vous et elle. Et nous…", proposée par l'Agora de la Danse, je n'ai pas pu résister !

                                    Crédit Jeremy Mimnagh tirée du site de l'Agora de la Danse

Ainsi donc, voilà pourquoi mes pas ont franchi le seuil du Wilder pour me rendre jusqu'aux portes de l'Espace Bleu en attente de prendre place à l'intérieur. Le moment venu, juste avant d'entrer, on me glisse à l'oreille que je devrais beaucoup apprécier ! Chemin faisant jusqu'à ma place, je suis accueilli par une femme, tout sourire, qui je le réaliserai plus tard est Heidi Strauss, elle-même ! Dans ce lieu à la configuration inhabituelle, pour moi, avec les sièges en "V", je trouve "ma" place en première rangée. Le temps que la salle se remplisse, je découvre, dans l'espace, une chaise avec des objets en tissus, des vêtements ?, et aussi un "bidule" électronique (un projecteur comme je le constaterai plus tard !) et aussi des mots qui défilent sur le mur derrière ("voilà oui donc voilà voilà grâce ouais parce que merci ...."). Autour de moi, plein de gens du milieu dont plusieurs qu'elle reconnait et salue à leur entrée, installant le ton de ce qui suivra entre elle et nous ! 

Le moment venu, elle se dirige vers la chaise et commence à s'adresser à nous en anglais, pendant que derrière est projetée la traduction en français de ses paroles, avec l'aide de sa complice Marie-Claire Forté, comme elle nous l'indique. Sur cette chaise, elle prend à tour de rôle, différents vêtements qui ont appartenu à des membres de sa famille. Elle nous en présente leur histoire et une fois fait, elle les met par terre en demi cercle, juste devant nous. Une fois chacun d'eux présenté, elle nous fait la demande d'en choisir certains pour poursuivre. Après une hésitation collective, une spectatrice s'exprime affirmativement et avec un ou deux ajouts, elle effectue sa métamorphose vestimentaire. 

Il s'en suit une expédition tout onirique dans ses souvenirs avec ses gestes fort caractéristiques. Ce qui me frappe plus particulièrement tout au long, est son regard qui amplifie son contact "between you and me"! Comment ne pas être fasciné par elle qui nous entraîne dans ses souvenirs! Il y a aussi ce moment où elle se trouve dans une position "fâcheuse", coincée au sol, en nous demandant de l'aide, "pour vrai", qu'elle ajoute ! De son siège, un spectateur va de l'avant et tout en douceur la libère pour lui permettre son expédition scénique. 

Et puis, malheureusement, la rencontre se termine tout en douceur. Et moi, d'un seul coup, je me lève pour applaudir. À ma sortie de la salle, j'indique ma confirmation à qui de droit à ce qu'elle m'avait dit ! Je reviens à la maison, avec encore sa présence en tête, et la pluie qui tombe sur moi ne me fait aucun effet !

vendredi 12 avril 2024

Sur mes pas en danse pour découvrir les pas sur scène des personnes finissantes du département de danse de l'UQAM !

 Qu'on le veuille ou pas, le beau temps est à nos portes ! Un des signes tangibles de ces journées plus longues et plus chaudes aussi, est lorsque mes pas m'amènent jusqu'au 840 Cherrier pour y découvrir la présentation de fin d'études des personnes finissantes du département de danse de l'UQAM. J'ai pour cette occasion une certaine nostalgie, parce que j'ai eu dans ce même lieu la chance de découvrir quelques autres de leurs propositions. Il en reste que cette nostalgie sera balayée dès mon entrée du lieu par le beau sourire des personnes à l'accueil pour, ensuite, laisser place à un sentiment de joie et de curiosité. 

Il faut savoir que la soirée "TIME IS OUT JOINT" est créée par et interprétée par les  personnes finissantes, appuyées par une belle équipe autour évidemment ! Nous aurons droit aux créations de Marie Lamothe-Simon et Catrine Rouleau avec sur scène les interprètes-créatrices Juliette Beaudoin, Anaïs Bonneau, Naomie Charette, Zoé Cloutier- Boyd, Jessica D'Orazi, Audréanne Léger, Raphaëlle Morin, Lou-Anne Rousseau et Audrey Roy.

                            Affiche de la soirée tirée du site du Département de danse de l'UQAM

Ainsi donc rendu à "mon" siège en première rangée, la scène devant est toute vide. Le temps que les gens prennent place et un peu avant le début officiel, en toute discrétion, certains accessoires sont mis en place suivis par le silence dans la place, spectateurs-spectatrices aux aguets !

Le tout débute de façon fort surprenante, loin des mouvements normalement anticipés, mais plutôt d'une façon plus théâtrale autour d'une partie de cartes.

Pause

Décidément, le spectateur que je suis découvre de nouveaux accessoires sur scène cette semaine. La veille, Alexandra "Spicey " Landé avait utilisé une machine à coudre et en cette soirée, ne voilà tu pas qu'un jeu de cartes est utilisé !

Fin de la pause

Ainsi donc sur ce tapis au milieu de l'espace scénique se déroule une partie de cartes à trois, pendant qu'une autre évolue autour et qui aussi syntonise une onde sur un poste radio. La suite est fort captivante parce que cette partie de cartes prend une tournure surprenante durant laquelle, les déplacements tout en douceur et les gestes empreints d'intériorité captent mon attention. Comme si celles qui évoluent devant moi avaient des antennes, captant tout au long, leurs souvenirs dont ceux que l'on entend de cette radio qui griche ! Et puis, cette excursion dans le passé se termine et se complète par un retour dans le présent avec, de nouveau, les cartes en main !

Et tout subtilement et fort habilement, la transition se fait avec le départ des premières, accessoires inclus, et l'arrivée graduelle des autres. La suite sera de nature plus festive avec d'abord de la musique disco et les mouvements qui les accompagnent. Face à nous, les corps se rassemblent et exultent, comme dans un fête de fin de parcours (?). Et tout à coup, la voix d'un joueur de hockey (celle de feu Guy Lafleur) accompagne ce qui se passe devant moi. De toutes ses paroles, j'en retiens surtout cette phrase. "Tout ce que tu as à faire c'est d'essayer !" De celui qui a été mon idole de jeunesse (la Comète blonde !) et qui a enflammé le Forum de Montréal, ce conseil est fort juste et pertinent encore à notre époque, pour ceux et celles qui finissent leurs études. Après cette étape de conseils, vient le moment de fêter et dans une atmosphère musicale appropriée, les corps exultent magnifiquement, sourires rayonnants aussi devant nous. Et tout aussi habilement que pour la transition entre les deux propositions, les interprètes de la première partie se joignent pour la fin de la célébration, suivie des applaudissements fort riches et mérités !

De cette soirée qui m'a présenté deux propositions toute aussi surprenantes qu'audacieuses, habilement reliées, j'en reviens fort satisfait et heureux. Mais surtout optimiste de cette relève qui aura à affronter des défis pour pouvoir trouver leur place sur scène et pouvoir s'exprimer ! Et lorsque je verrai un de leurs noms sur une affiche, mes pas se mettront en action pour découvrir leurs pas sur scène !

jeudi 11 avril 2024

Sur mes pas à la rencontre de Spicey (alias Alexandra Landé) dans Mōnad au La Chapelle !

 Lorsque mes pas m'ont amené pour découvrir la proposition d'Alexandra "Spicey" Landé, ça serait pour une façon différente de la rencontrer, parce que les deux fois précédentes, elle était assis proche de moi dans les estrades pour découvrir une proposition. Cette fois, pour la troisième, elle sera sur scène devant moi pour nous présenter son solo Mōnad au La Chapelle, présenté par Danse-Cité. Arrivé tôt, je vois peu à peu le hall d'entrée et la salle adjacente se gorger de spectateurs et spectatrices en attente de l'ouverture des portes de la salle de présentation. De ma place, je peux entendre les sons qui résonne en dedans. À l'ouverture des portes et mon billet scanné, je me dirige à "mon" siège en première rangée. Je découvre devant moi, déjà en mouvements, Spicey, comme en incantation. Dans l'espace scénique, je découvre certains items dont une machine à coudre et une dactylo aussi. La musique, produite par son complice à l'arrière, Jai Nitai Lotus, accompagne ses gestes, les porte suis-je tenté de mieux d'affirmer !

                                            Affiche de la présentation, crédit: Kinga Michalska

Et puis avec la salle, comble de spectateurs, spectatrices, la présentation commence formellement. Il s'en suit de ses mouvements qui arpentent le lieu de façon fort belle ! De tout au long, j'en retiens son dialogue avec son complice musicien-chanteur et aussi et surtout de l'utilisation du rouleau de papier dont elle s'entoure pour en faire un allier, sinon une protecteur.  Ce rouleau servira aussi à enrichir l'estrade qui en se déroulant, nous emballera (dans tous les sens du terme !). Aussi de ce moment, où utilisant sa force de persuasion fort gentille, elle nous fait tout.es lever les bras dans les airs, comme des flammes participant à cette rencontre avec "the roof is on fire" ! 

De celle dont j'avais, depuis plusieurs années, découvert les propositions par des interprètes, cette fois, avec une présence assumée et rayonnante, elle investie la scène pour attendre son but "de poser un regard vibrant sur les relations au sein d’univers interreliés, et questionne la notion d’éternité." 

Et oui, elle utilisera la machine à coudre et la dactylo, mais pour savoir pourquoi et comment dans cette proposition, il faudra y être, dans la salle. 

mercredi 10 avril 2024

Mon retour sur ma soirée forte et riche en propos qui "punchent" pour combattre la "langue de bois" proposée par D. Kimm et Les Filles Électriques !

 J'en étais à ma deuxième fois à cette soirée fort riche et particulière. Cette fois, c'était en plus avec la bonne compagnie de ma blonde que mes pas ont franchi le seuil du La Tulipe pour assister à la treizième édition du Combat contre la langue de bois. Cet évènement "hors norme" a tout pour attirer mon intérêt ( et le vôtre aussi !) et rapidement, je constate que nous ne serons pas les seul.es qui ont le même intérêt, lire ici salle comble. Une fois rendu.es à nos places, j'assiste à l'arrivée des gens, leurs retrouvailles aussi, riches en échanges et aussi les allers-retours fort nombreux de D Kimm pour s'assurer que tout se passe bien et saluant au passage les gens qui arrivent. Ainsi donc, viendront sur le ring, dans l'ordre Alan Côté, Amandine Gay, Jean-François Parenteau, Michel Rivard, Martine St-Victor, Marcel Jean, Natasha Kanapé Fontaine, Christian Bégin, Marc Séguin et Chantal Lamarre. Ce qui suivra, sera mené de main de maître par Stéphane Crête à l'animation et Jean Derome, Pierre Tanguay et Hugo Blouin à l'accompagnement musical.

Affiche de la soirée tirée du site de "Les filles électriques"

Pour ceux et celles qui ne savaient pas déjà en quoi consiste ce type de combat, notre animateur le rappelle et revient aussi sur des épisodes fort mémorables de l'an dernier. Et comme j'étais présent, je ne peux qu'être d'accord avec lui. Il rappelle aussi que chaque combattant.e a cinq minutes pour décocher leurs coups, mais, et ce n'est pas moi qui me plaindra, certain.es ont eu le cinq minutes très relatifs, en plus long !

Comme il nous est demandé fort raisonnablement, pas question d'entrer dans les détails de chacun des rounds de ce combat, mais nous aurons droit à des moments fort riches, touchants, percutants aussi ! Dans la première partie de ce combat, Alan Côté nous livre son round en le complétant avec son dernier coup tout en résilience, Jean François Parenteau nous entraîne dans les couloirs de la politique municipale où bien des coups sont permis, Michel Rivard nous a livré des jabs sur la notion de vérité, Amandine Gay, elle, sur l'enfance et Martine St-Victor complète son round avec un fort juste "Silence is golden". Dans la deuxième partie, Marcel Jean nous fait une confidence bien d'actualité avant de mettre la science au service de son combat. Natacha Kanapé Fontaine nous laisse "K.O." par son envolée de mots en mettant, de ma perspective, son coeur sur la table. Après des rounds fort épiques de Christian Bégin et Marc Séguin, Chantal Lamarre nous livre des confidences toutes, bien punchées !

De cette soirée, impossible d'en revenir indemne avec des coups qui frappent là où ça compte, portés par des combattant.es de très haut niveau. Bravo D. Kimm, tu mérites bien de réunir sur scène et dans la salle aussi autant personnes de valeur ! Et je me le promets, j'y serai à la prochaine édition de ce combat !

mardi 9 avril 2024

Sur mes pas à la TOHU pour y découvrir "SLAM !" et y trouver du plaisir, beaucoup de plaisir !

 Bon, bon, je l'avoue, tout au long de ma jeunesse la lutte professionnelle a occupé une partie de mes journées du week-end. Les frères Rougeau, Mad Dog Vachon, le Géant Ferré, sans oublier Édouard Carpentier (comme lutteur et commentateur aussi, avec sa phrase de conclusion, "à la semaine prochaine, si Dieu le veut"), je les suivais aussi religieusement comme d'autres la messe ! J'ai vieilli et ma perspective de ce "sport" a évolué et je m'en suis distancié. Néanmoins, il m'arrive de pitonner et de tomber sur une proposition de la WWE et d'apprécier autrement ces gladiateurs modernes. J'y vois du théâtre, mais surtout des cascades bien exécutées ! J'y trouve aussi presque une poésie des gestes !

Bon OK, Robert, si tu passais au sujet de ta sortie, elle aussi en bonne compagnie (ma deuxième de trois pour ceux et celles qui ont lu mon texte précédent) ! Ainsi donc, en récompense d'une contribution à un groupe de discussion, j'ai eu droit à deux billets fort bien placés (pas en première rangée, mieux placés donc pour cette soirée) pour assister à une représentation de "SLAM !" à la TOHU ! Suffisait de voir l'affiche pour savoir que ce que nous allions y découvrir porterait sur la lutte, mais pas seulement si on y ajoute que c'était créé par Ex Machina et FLIP Fabrique et mis en scène par Robert Lepage. 

                                  Affiche de l'oeuvre tirée du site de la TOHU

Et au final, le résultat, ma blonde pas du tout amatrice de lutte et moi avons beaucoup apprécié ! Parce que voyez vous, si nous avons eu droit à des combats de lutte, tout aussi arrangés que ceux de la TV avec des bons et des méchants, quoique sur cet aspect, les perspectives peuvent changer si je me fie à ma réaction et celle de la foule tout autour, le tout a été surtout du pur divertissement. Au début, on nous avait invité à réagir, applaudir les bons et aussi huer les méchants, invitation fort bien répondue par la foule et les deux jeunes enfants devant moi en ont été un bel exemple !

Ainsi donc avec différents personnages, dont le concierge, les commentateurs, les managers, les arbitres et les gladiateurs du ring, nous avons eu droit à une suite de numéros de lutte, de théâtre et de mouvements circassiens fort impressionnants ! Pas question de trop entrer dans les détails, mais pour ce qui d'entrer, impossible pour moi de ne pas mentionner comment pour une des belligérantes, il a été possible d'entrer complètement dans une poubelle pas si grosse, couvercle fermée devant une foule ébahie et d'en sortir aussi ! Sans oublier le moment où le plancher de l'arène s'est métamorphosé et de ne pas être impressionné ! Quatre-vingt-dix minutes qui ont passé tellement vite, tel un coup de vent avec des artistes athlètes polyvalentsJérémie Arsenault, Fabien Cortes, Maeva Desplat, Naomi Eddy, Jonathan Julien, Stéphane Pansa, Antino Pansa, Cédrik Pinault, Adèle Saint-Martin). 

Au final, une très belle soirée fort distrayante qui au final, un, deux et "troissss" , nous a mis K.O. de plaisir ! 

Sur mes pas à l'Espace Go pour y découvrir "Un coeur habité de mille voix" !

 Lorsque mes pas m'ont amené jusqu'aux portes de l'Espace Go, j'en étais à une première sortie de trois, de ce week-end (allongé jusqu'au lundi) en bonne compagnie (lire ici, avec ma blonde !). Nous y allions pour découvrir pour une deuxième fois en peu de temps (la fois précédente, c'était il y a un peu plus de deux semaines avant au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui avec "Coup de vieux"), une proposition théâtrale avec "l'âge d'or" sur la ligne de front !

Rendu.es à nos sièges en première rangée, nous découvrons devant un grand espace dans lequel le blanc domine. Il y a aussi cette personne couchée dans un lit et l'autre qui est à son chevet. Tout autour, projetés sur les trois murs, des points blancs qui tombent comme le signe de ce temps qui a passé et qui passe encore, comme la dernière saison, hivernale !

                            Affiche de l'oeuvre par Maxyme G. Delisle tirée du site de l'Espace Go

Lorsque le tout commence, avec l'arrivée graduelle des autres personnages, je découvre peu à peu le lien entre celle qui d'abord arrive et les autres ensuite. Je dois l'avouer, si le texte est fort beau et riche, la trame narrative elle, au début m'échappe. Il en reste que les liens dans ma tête se font graduellement. Mais une fois le tout en place (lire ici, après le premier quart de la pièce), je me sens revenir en plein contrôle. Ainsi donc cet homme qui semblait au seuil du trépas, revient "bien vivant" entouré de celles qui ont été significatives pour lui pour leur faire une demande. Ainsi donc, nous sommes amenés à une autre époque pas si lointaine pour redécouvrir que les luttes ont été et seront toujours pertinentes et importantes. Dans "Un coeur habité de mille voix", comme l'indique le programme de la soirée, avec le texte de Marie-Claire Blais, adapté par Kevin Lambert  on nous propose une oeuvre "pour nous faire revivre les grands moments de militantisme pour les droits des personnes homosexuelles qui ont marqué le siècle dernier, des émeutes de Stonewall jusqu’à nos jours. À travers ce dernier roman publié de son vivant, Marie-Claire Blais nous fait découvrir une galerie de personnages inoubliables dans leur complexe et bouleversante humanité, tout en faisant le révoltant portrait de l’homophobie de l’époque". Et ça fonctionne !

Ainsi donc avec les prestations d'Élisabeth Chouvalidzé (qui a tant incarné de personnages de ma jeunesse et qui est toujours aussi allumée à presque 88 ans!!), de Pascale Drevillon, de Nadine Jean, de Louise Laprade, de Sylvie Léonard, de Jean Marchand et de Christiane Pasquier, je reste captivé. Il y aura ce moment magique durant lequel celui qui semblait sur le seuil de la mort, trouve place devant un piano pour y jouer et pour enrober fort efficacement ce que les autres nous présentent. Il y a aussi, la présence discrète de ce caméraman sur scène qui capte des moments pour les projeter tout en gros sur l'arrière de la scène permettant de mieux saisir les subtilités des expressions faciales.

Au final, je reviens de cette expédition dans ce "coeur" fort richement habité avec une impression d'avoir redécouvert les moments d'évolution et d'acceptation de réalités nouvelles de notre monde!

dimanche 7 avril 2024

Sur mes pas en danse: "Cutting Through the Noise" qui m'a montré des pas affirmés d'une belle jeunesse !

 Il arrive que le "ciel" soit bienveillant et la proposition à laquelle je me rends en est un bel exemple, permettant de faire d'une pierre, deux coups et je m'explique ! L'oeuvre que je m'apprêtais donc à découvrir en ce début d'avril 2024 aurait dû être présentée par des élèves de l'EDCM en décembre 2021, mais lorsque je m'apprêtais à m'y rendre, voilà ce que l'on pouvait lire sur le site de Tangente: "Suite aux annonces du gouvernement du Québec en date du 16 décembre concernant la pandémie de COVID-19, les représentations du vendredi 17 et samedi 18, ainsi que la diffusion en ligne du spectacle Cru d’automne (de L'EDCM), sont malheureusement annulées."

Il en reste que cette annulation n'est pas restée lettre morte. Francine Bernier de l'Agora de la danse a pris "la balle au bond" pour permettre au chorégraphe de poursuivre son travail et proposer une oeuvre plus complète avec quelques un.es des interprètes du départ, accompagné.es par quelques ajouts afin de produire une oeuvre pour douze interprètes, soient Rodrigo Alvarenga, Myriam Arseneault, Clémence Dinard, Aurélie Figaro, Valmont Harnois, Benjamin Harvey, Marianne Lataillade, Nils Levazeux, Marianne Murphy, Rosalie Paquette, Émile de Vasconcelos-Taillefer, Evelynn Yan !

                                   Crédit Jonathan Goulet tirée du site de l'Agora de la danse

Pause

Dans ce monde actuel où trouver sa place sur scène est difficile pour la relève, j'ai dans la même semaine été fort heureux de découvrir qu'il y a de l'espoir pour les finissant.es récent.es de nos écoles. D'abord avec la proposition de Rhodnie Désir présentée par danse danse à Wilfrid-Pelletier et ensuite avec celle-ci !

Fin de la pause

C'est donc dans "mon" siège en première rangée avec d'un côté, un vieux complice spectateur et de l'autre, le chorégraphe (Alexandre Morin) que je m'apprête à découvrir "Cutting Through the Noise" !

Lorsque le tout commence, nous les découvrons tout.es dans le coin arrière "cour", presqu'immobiles, écouteurs aux oreilles, en attente ou en observation (?), "chillant" diraient d'autres ! Il y aura bien celle qui se démarque, mais la solidarité reste de mise. Après une période d'observation d'eux et elles et de nous aussi, les gestes et les mouvements entreprennent leur "envol", tout comme les corps qui les incarnent ! 

Il s'en suit une suite de tableaux durant lesquels je découvre leurs envols tout en évolution vers l'avant ! Je suis surtout touché par le rythme effréné de certains moments dont un me rappelait des passages d'un des romans de Mathieu Leroux (complice dramaturge d'Alexandre Morin de toujours et aussi pour cette oeuvre)!  Il y a aussi ces passages tout près de moi qui produisent des effets privilégiés pour celle ou celui qui, comme moi, prend place en première rangée ! Aussi les mouvements "catwalk" qui viennent et reviennent vers moi et qui judicieusement sont présentés assez longuement pour produire un effet durable, dans le sens, nous ne lâcherons pas !"  

Donc devant moi, je découvre et je ressens la détermination individuelle de tout.es à aller jusqu'au bout, malgré le rythme effréné de la vie actuelle ! Je vois aussi celui qui ne veut pas lâcher prise, tel un "statement" face aux moments difficiles que vivent les arts de la scène et surtout la danse actuellement !

Enfin, tout au long de cette proposition qui me rejoint viscéralement, je me suis laissé porter tout en appréciant la contribution individuelle de tout.es ! Je suis tout à fait d'accord avec la première phrase de la description soit que "Cutting Through the Noise" est un parcours énergétique, une exaltation par le corps et par la musique, un flot d’états libérateurs, une quête identitaire portée par des êtres généreux et insatiables.

Lorsque mes pas me ramènent à la maison, je me sens rassuré par cette démonstration de détermination tout autant individuelle que collective et cela à leur façon ! Yeah !!!!



vendredi 5 avril 2024

Sur mes pas en danse pour découvrir avec ravissement la "Symphonie de coeurs" de Rhodnie Désir, présenté par Danse Danse !

 C'était il y a quelques années (juillet 2019) à une soirée "Danses au crépuscule". Sur une des propositions de cette soirée fort riche, j'écrivais sur ce blogue "Le tout débute avec cette femme, tout de rouge habillée, provenant du boisée juste à côté avec deux contenants à la main, pendant que l'on entend une voix qui s'exprime. Elle débute en prenant possession du cercle en en faisant tout le tour, comme pour établir contact avec nous. Ses gestes sont fort expressifs et captivants. Et puis arrive le moment ! Celui durant lequel, elle enlève la corde qui nous séparait, comme pour briser la frontière entre elle et nous. Un fort beau et rafraîchissant symbole, selon moi, de l'ouverture à l'autre et de son acceptation en "nos" terres ! Il s'en suit de son invitation à ceux qui étaient de "l'autre côté" de venir au centre et de participer. Ce qu'accepteront de faire un peu plus de cinq spectateurs, à qui elle laissera toute la place pendant que elle, se repliera".

C'était ma première rencontre avec Rhodnie Désir qui a été suivi de nombreuses autres. Il en reste de cette première rencontre, il y avait tout ce qui caractérise depuis pour moi cette chorégraphe et interprète, soit le "rouge", mais surtout la rencontre avec les autres. Cette artiste est en mission et elle sait bien comment "fédérer" les troupes ! Voilà donc pourquoi lorsque mes pas m'amènent jusqu'aux portes de la Salle Wilfrid-Pelletier pour découvrir sa "Symphonie de coeurs", il y aura, devant moi, onze interprètes en danse (Marilyne Cyr, Mara Dupas, Camille Gendron, Aly Keita, Luce Lainé, Emmanuelle Martin, Mya Metellus, Carlos-Alexis Mendoza-Bustinza, Ernesto Queseda Perez, Greg «Krypto» Selinger, Abe Simon Mijnheer), le House Band de RD Créations (Engone Endong, Lasso Sanou) et aussi l'Orchestre Métropolitain sous la direction de la cheffe Naomi Woo pour porter son message ! Impressionnant et impressionné, aussi je serai !

Pause

Ce qui me faisait aussi grand plaisir, c'est de voir sur cette grande scène des interprètes en danse que je connais bien et d'autres aussi qui viennent de compléter leur formation et dont j'avais suivi les pas tout au long de leur formation !

Fin de la pause

                                         Affiche de la soirée tirée du site de Danse Danse

C'est donc de mon siège en première rangée, toute juste devant la fosse de l'orchestre que j'attends comme les musiciens que la présentation commence avec l'arrivée, là juste devant moi de la cheffe d'orchestre. 

Et il s'en suit le début de cette présentation qui comme un coeur, commence à battre devant nous. Pour le représenter, telles les fibres musculaires produisent ses battements, les différents interprètes qui prennent place et que derrière, des projections se font fort belles et présentes. Il y a aussi tout en haut un miroir qui me permettra d'avoir une perspective complémentaire dont je profiterai à quelques occasions tout au long de la présentation ! 

Dans ce qui suivra, j'y vois les mouvements de pulsions-pulsations durant lesquels il y a des solos des différents interprètes rappelant que l'ensemble s'appuie sur chacune de ses unités avec ses propres mouvements ! J'y vois aussi l'ensemble, en chœur qui présente les ondulations comme des traces du cœur qui vibre. Je suis captivé tout au long jusqu'au tableau final qui nous montre tous les interprètes, seuls ou petit groupe qui, à tour de rôle face à nous, courent jusqu'à "bout de souffle" pour nous faire ressentir comment on peut aller au bout de son "cœur" ou de son "corps"! Cette finale, une fois les nombreux et chaleureux applaudissements, fera jaser les spectateurs, spectatrices, soufflé.es par cette finale.

Décrite dans le programme comme une "Symphonie de cœurs (qui) déploie cette alliance des arts et des sciences pour adresser la beauté et les failles liées au cœur et au système cardiovasculaire.", voilà le défi qu'a relevé haut la main Rhodnie Désir ! Et c'était aussi l'opinion des spectateurs-spectatrices autour de moi et même aussi de ce couple que j'ai croisé dans l'autobus (programme Danse Danse à la main) à mon retour.

mercredi 3 avril 2024

Sur mes pas de lecteur-spectateur dont les yeux et la tête ont arpenté avec intérêt la revue Moveo !

 Le projet était et reste audacieux, mais il y a de ces gens qui ose et qui avance résolument ! Marco Pronovost, commissaire chez Tangente, en est un bel exemple ! Il a décidé de rassembler une équipe autour de lui pour aller de l'avant afin de produire et publier une revue qui porterait sur la danse. Et comme la danse est un sujet qui m'intéresse "quelque peu", j'étais à l'affût de la parution de ce premier numéro, je le voulais, vraiment et je l'ai eu! Cela m'a pris un certain temps pour m'y mettre à la lecture, "because obligations professionnelles" fort accaparantes, mais le moment venu par petites doses (lire et voir  article par article et pas d'un seul coup), j'ai découvert avec autant de plaisir que d'intérêt ce premier numéro, "Écologie(s) + Dialogue(s), dont la texture du papier m'a permis d'établir un premier contact fort agréable !


Pause 

Chacun ses plaisirs, mais un des miens est d'établir un contact tactile avec ce que je lis !

Fin de la pause

Ainsi donc dans ce numéro, sur les thématiques retenues, des textes écrits par des gens du milieu que je connais. Je ne veux pas faire un tour d'horizon exhaustif du contenu de ce numéro, mais je vous propose mon retour sur quelques uns des articles qui y sont contenus.

Le tout débute "fort" avec l'éditorial de Marco Pronovost, rédacteur en chef, qui place bien le sujet avec entre autres la réponse à une question fort pertinente, "Alors pourquoi un magasine en français ? "Parce que parler de la danse semble faire partie des bonnes pratiques pour avoir un milieu fort et solidaire. Les mots restent la façon la plus accessible d'entrer dans la danse, pour certaines personnes." Pour moi qui maîtrisent plus les mots que les gestes, voilà une belle entrée en scène qui me rejoint. 

Il s'en suit un texte de Mara Dupas (interprète et chorégraphe), intitulé "Une brève histoire du genre et de la danse" Pour peu que l'on soit intéressé.e à la question de l'identité de genre, Mara nous fait un retour historique fort complet et concis de cette notion qui nous rappelle que cette réalité ne date pas de quelques années.

Il s'en suit un texte de Gabrielle Bertrand-Lehouillier, intitulé "De l'intérieur vers l'extérieur" ! J'ai eu le plaisir de découvrir des prestations de cette chorégraphe-interprète avec son collectif "Danse To Go" sur une place publique, la dernière en date, devant la station de métro Mont-Royal. Dans cet article, j'ai la chance de découvrir une perspective de l'intérieur de celle qui va de l'avant, "Introduction en lenteur. Marcher doucement. Croiser le regard de quelques personnes curieuses. Échange de sourires complices. Gestes fluides offerts aux passants. Écoute active." Et cette chance, je l'apprécie beaucoup !

Il y a aussi la très intéressante entrevue de Claudia Chan Tak avec Kama La Mackerel. Claudia prend appui sur le signe astrologique chinois de Kama pour nous entraîner sur les pas de cet.te artiste et mieux la connaître. Je me souviens encore d'une soirée "rencontre" au MAI organisée par Espace Perreault. J'avais été impressionné par sa franchise lors de cette rencontre, L'article poursuit fort bien cette première rencontre et l'enrichie. 

Un autre article "Dialogue intime, organique et translucide"  a capté mon attention, autant par la qualité du texte de celle qui l'a écrit, Katya Montaignac que de son sujet, soit le retour sur une proposition chorégraphique, "Transelucide" de Mecdy Jean-Pierre. Ouf !!! Les mots de Katya sont tout aussi riches que poétiques. Ayant déjà eu le plaisir de découvrir ce danseur sur scène (mais pas cette oeuvre !!), j'en apprécie chacun des mots et je regrette de ne pas l'avoir vue !

Enfin pour terminer, parce que j'ai promis au début de ne pas faire un tour complet de ce numéro, quelques mots sur "Posture écologique et médiation culturelle en danse; vers une interprétation somatique du patrimoine" par Germain Ducros. Ma première et seule rencontre avec une de ses prestations était dans une salle de la Cité-des-Hospitalières et j'avais été conquis. Il débute l'article de ce même endroit pour nous amener à sa suite dans son parcours jusqu'à la découverte explicite de ce que veut dire l'expression "interprétation somatique du patrimoine" ! J'espère pouvoir le revoir en action !

Je m'arrête ici ou presque, parce qu'à la toute fin, gracieuseté de Claudia Chan Tak, il y a l'horoscope chinois des différents signes pour l'an 2024. Et pour ce qui me concerne, elle se termine par "Votre connexion émotionnelle avec la musique et le mouvement vous nourrira" ! Wow !!!

Ainsi donc, se termine pour vrai mon retour sur mon expédition fort agréable de ce premier numéro qui sera suivi d'un deuxième. Et pour vous qui m'avez lu jusqu'ici, sachez que j'ai accepté de plonger dans l'aventure. Pour plus de détails, il vous faudra être patient.e !


samedi 30 mars 2024

Sur mes pas à une autre soirée "100Lux" chez Tangente qui m'en a mis plein la vue !

 Lorsque mes pas m'ont amené jusqu'aux portes de l'Espace Orange du Wilder pour la soirée "100Lux", je n'en étais pas à ma première fois à une expédition chorégraphique en danse urbaine. Sans rien vouloir divulgacher, chaque fois est comme une première fois avec l'émerveillement qui l'accompagne ! Mais prenons le temps de débuter ce retour par le début.

Informations prises pendant que j'attend avant d'entrer, la salle sera bien remplie pour cette deuxième soirée de représentation. Une fois en place à "mon" siège en première rangée, autour de moi, des gens du milieu, mais aussi d'autres et de bien jeune aussi. Tout au long de mon attente bien sage à ma place, je peux constater des rencontres, des salutations et des discussions ! Encore une fois, je constate que ce type de danse et ce type de soirée, rassemble une communauté qui semble être tissée serrée ! 

Le moment venu, Jaleesa «TEALEAF» Coligny, commissaire chez Tangente (et aussi artiste en streetdance) et Christina Paquette, co-directrice artistique et générale  de 100Lux (avec Axelle Munezero) prennent la parole pour les présentations d'usage et aussi pour nous indiquer le déroulement de la soirée.  Au programme, six présentations d'une dizaine de minutes chacune et qui seront, je le découvrirai plus tard, rondement menées !

Une fois ces présentations complétées, le lieu est plongé dans l'obscurité pour peu à peu nous révéler "Homebody" de et avec Kalliane «YOFI» Brémault. C'est une lente émergence de la "nuit" que ce corps nous présente avec de mon côté une attention "top niveau", ne voulant rien rater ! De celle qui se révèle, aux couleurs ambiantes toutes modulées, ses gestes semblent alimenter par des électrochocs et ce jusqu'à la révélation finale. Captivant, intense et surprenant, voilà ce que je propose comme qualificatifs pour cette première proposition qui ouvre en grand cette soirée !

                                            Crédit Pierre Tran fournie par Tangente

La courte pause terminée, nous "irons" ailleurs avec " Bamboo Ceiling" de et avec Melinda «MELOFUNK» Yeoh. Dans l'espace scénique est disposé en cercle des souliers devant et derrière un support avec des vêtements et un cadre fort utile pour la suite. Elle arrive devant nous hésitante et tout au long, j'y découvre le parcours et l'histoire de celle qui veut, mais qui hésite et qui aussi rayonne avec des gestes bien à elle. Une fois le tout complété, elle irradie et moi, je ressens une sympathie pour elle. La proposition de la soirée la plus théâtrale de la soirée et qui a aussi a réussi à me toucher !

Crédit Pierre Tran fournie par Tangente

La scène libérée des accessoires, il s'en suit "Paradigm Shift" de et avec Valmont «IGNITE» Harnois et Mukoma «JSTYLE» Nshinga.  Dès les premiers moments, j'y découvre la rencontre de deux entités lumineuses qui se rencontrent et qui interagissent avec une gestuelle aux mouvements secs qui me font dire intérieurement, "ouf "! Voilà une courte rencontre qui pour moi, laisse une marque !

                                            Crédit Vanessa Fortin fournie par Tangente

Et rapidement, s'en suit "A new fondation" de et avec Victoria «VICVERSA» Mackenzie et Anniina «AT» Sono Tikka. Rapidement autour de moi, ça "pétille" et ça réagit aux mouvements de chacune d'elles qui se relancent et qui se relaient. Je sens et je ressens l'échange entre elles jusqu'à la conclusion tout en mouvements doux et émouvants ! Je ne saurais dire, mais comme l'une des deux est manifestement enceinte, le tout prend une dimension particulière ! Dans la description, il était indiqué que "AT et Vic présentent une conversation entre le passé, le présent et l’avenir de leur vision de la rupture." Sachez, vous deux que je l'ai bien ressenti tout au long !

                                           Crédit Vanessa Fortin fournie par Tangente

Une fois installés les accessoires musicaux, débute, "Speakeasy" de et avec Mithra «MYTH» Rabel, accompagnée fort efficacement sur scène musicalement et en paroles par Samantha «SAM I AM» Montolla et Jason «BLACKBIRD» Selman. Des premiers pas, je suis effectivement entraîné dans ce qui est annoncé dans la description, soit, "Speakeasy transcende les limites de l’art et de la danse, invitant le public à plonger profondément dans l’essence de l’existence et de l’expression artistique, offrant ainsi une expérience captivante et émotionnelle." Et de son émergence de l'obscurité, suivi de tout son parcours jusqu'à sa "révélation" je reste captif. Je m'en voudrais de ne pas mentionner la puissance de son regard que je peux découvrir de mon siège en première rangée et qui me touche !

                                           Crédit Pierre Tran fournie par Tangente

La soirée se conclut avec "Vowcrea" de et avec Allanna Cave, Charles Lee Parks «KING CHARLES», Julian Lekeuche et Sarah Steben, accompagné.es sur scène par Eddie Martin  «PAUSE EDDIE» et Wesley Stewart. À cette proposition, riche en mouvements, je peux apprécier les mouvements qui se révèlent, se multiplient aussi. Le sens de communauté se révèle devant moi comme un feu d'artifices qui se déploie graduellement à différents endroits. Lorsque le corps et ses projections lumineuses amplifiées émergent, l'effet produit me rejoint parfaitement ! Je ressens fort bien tout au long le sens de la connexion d'une communauté qui communique !

                                           Crédit Denis Martin fournie par Tangente

Une fois le tout terminé et les applaudissements riches mérités, je reste pour la discussion d'après représentation. Moments chéris pour moi et qui grâce aux questions de Jaleesa «TEALEAF» Coligny, m'ont permis de mieux comprendre et apprécier chacune des oeuvres. Il en reste que je n'ai pas pu m'empêcher de dire tout haut que plus l'ordre de présentation avait été fort bien fait. De cette rencontre singulière provenant de la noirceur jusqu'à la rencontre de groupe, la progression nous amenait à un climax fort bien planifié !



samedi 23 mars 2024

Sur mes pas au théâtre pour découvrir "Coup de vieux" au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui !

 C'est une vieille histoire, à l'image de ce que je découvrirai plus tard qui fait que mes pas me portent en bonne compagnie jusqu'.aux portes du Centre du Théâtre d'Aujourd'hui pour assister à la pièce "Coup de vieux" de Larry Tremblay. De cet auteur fort bien réputé par la force de ses textes, j'ai encore bien en tête ma courte rencontre lors d'une émission de radio universitaire où j'étais chroniqueur, mais surtout de ma lecture de son roman coup de poing, "L'orangeraie" !

Pause

Faudra bien que je me mette à la lecture de "Tableau final de l'amour" qui est là tout en haut de ma pile à lire !

Fin de la pause

Affiche de la pièce tirée du site du CDTA

Par conséquent, bien curieux de découvrir ce que nous allions découvrir et "encaisser" avec ce "Coup de vieux" ! Et c'est, sans avoir froid aux yeux, de la première rangée de la salle Michelle Rossignol du CTDA que je le ferai !

Une fois les portes de la salle ouvertes, nous prenons place devant une scène sur laquelle, il y a déjà ce jeune personnage (Thomas Boudreault-Côté) à l'allure clownesque. Il se déplace du côté cour au côté jardin en nous regardant, en saluant d'un geste de la main et d'un "allo" aussi. Il soulignera parfois un ou une nouvel.le arrivé.e. qui prend place. Une fois le moment venu, il se fait discret. 

Il s'en suit de l'arrivée graduelle des différents personnages (Sylvie Drapeau, Jacques Girard, Jacques Leblanc, Marie Gignac et Linda Sorgini) qui, dans ce centre pour personnes âgées semblent sur la voie de sortie (de la vie). Dans ce qui suit, la mémoire d'un passé resurgit, des réflexions philosophiques émergent ( je ne fais pas d'opinion, je me fais une opinion), le regret d'un passé fort actif (journaliste réputée ou sous ministre quand même !) ou d'un amour passé aussi. Et pendant tout ce temps, ce clown rôde jusqu'à ce qu'il arrive à un rôle plus actif.

Donc dans ce lieu où le présent est peu important par rapport au passé, les différents personnages ont une résonance qui peuvent nous rejoindre. Pour moi, cela est vrai !

Une oeuvre théâtrale qui résonnera selon l'âge que nous avons. Comment aborder nos derniers jours, sans trop de regrets, sans trop regarder derrière ? Voilà ce que je retire de ce que devant moi, j'ai découvert !


Sur mes pas au Centre PHI, pour découvrir des "Espaces incarnés" !

 Mon agenda ne me le permettais pas vraiment, mais l'appel était trop fort et par conséquent, mes pas en ce début de week-end  hivernal et neigeux de fin mars, m'amènent jusqu'au Centre Phi où je ne suis pas venu depuis un bon bout de temps ! Au programme "Espaces incarnés", décrites comme "des rencontres inattendues avec la performance, nuancées et captivantes, s'inscrivant dans notre recherche continue sur le storytelling contemporain.". Avec au programme, trois installations-performances de Laura-Côté Bilodeau, du duo Olivier Charron et Charbel Hachem et de Rozenn Lecomte, avec comme mentor Brianna Lombardo ! Le tout est présenté durant quatre heures soit de 13h00 à 17h00, le samedi et le dimanche. 

                                             Affiche de l'évènement tirée du site du Centre Phi

Pour ma part, lorsque mes pas entrent au Centre PHI je suis dirigé vers la droite où se trouve deux pièces avec quelques personnes. Peu à peu, je trouve mes repères et je travaille à découvrir le meilleur espace libre. Ce qui s'avère mission impossible compte-tenu du lieu et surtout de la nature des performances. Peu importe, je trouve un siège et chemin faisant, je suis interpellé par une spectatrice qui me donne une indication que je ne comprends pas. Une fois bien assis, devant l'espace de performance d'Olivier Charron et Charbel Hachem, devant lequel un affiche indique "Take it", je prends conscience des efforts qu'ils font (avec un ruban à mesurer longuement déployé jusqu'à moi) pour me donner un billet de 5 dollars (un vrai, oui oui !!!) que j'accepte volontiers. Intrigué, je reste là un certain temps pour découvrir la suite qui, une fois le billet donné, débute par un sourire de satisfaction des deux, suivi du début d'un rituel dans lequel, un autre billet est pris de cette frontière (tout en billets fort vraie) pour ensuite la remodeler. Une fois cela fait, ils se mettent à la recherche de la prochaine personne qui en général, comprend pas mal plus vite que moi ! 

Pendant ce temps, Rozenn Lecomte repose sur ses fort nombreux fils (électrique et de câblage) et entreprend tout en lenteur une tâche qui semble exigeante. Et comme lors de l'édition dixième anniversaire de "So you think that was danse", elle utilise ses fils, plus longtemps que les dix minutes de cet évènement !, pour me montrer comment une personne qui se déplace peut traîner et laisser aussi derrière elle un ensemble de relations avec d'autres et le poids des souvenirs qui y est associé. Pour y arriver, elle utilise sa "tonne de fils" et tout l'espace allant même jusqu'aux portes d'entrée du lieu. 

Revenant, dans l'espace de mes premiers moments, je suis temporairement seul devant l'affiche de "Take it" par conséquent, je suis de nouveau interpellé (mais cette fois, le spectateur que je suis est averti et prépare une petite surprise !) Je tend la main pour accepter le billet, mais une fois donné, je redonne aussitôt le premier reçu, à la surprise de celui qui me l'a donné et de son partenaire de jeu. En résulte une explication de la performance qui en est une de dépossession (celle du cachet qu'ils ont reçu pour le week-end, comme je l'apprendrai plus tard, merci Camille !!!, suivi de retour dans ma main du billet redonné et d'une promesse de donner à des gens de la rue, des deux billets. Promesse qui provoque un grand sourire des deux.

Par la suite, j'expérimente différentes perspectives des performances avec aussi des écouteurs qui me font entendre une trame sonore qui effectivement rehausse l'expérience sensorielle (encore une fois merci Camille !). 

Ainsi donc pendant un peu moins de deux heures, j'ai pu assister à deux des trois installations, la troisième étant présentée épisodiquement (avant mon arrivée et aussi après, dommage !), je la raterai.

Je reviens satisfait et chemin faisant, je rencontre une personne itinérante à qui je tends un des billets de 5 dollars en lui disant "take it" et qui me regarde autant avec surprise que gratitude. 

Sur mes pas chez Danse Danse pour découvrir les nouveaux pas sur scène de la Nederlands Dans Theater !

 Comme pour la fois précédente, il y a longtemps (!), en novembre 2016, mes pas me portent quelque peu excité jusqu'au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts pour découvrir les trois nouvelles propositions de la Compagnie Nederlands Dans Theater ! De la grande visite rare en ville par conséquent, le spectateur est fébrile ! Le programme comporte trois oeuvres qui demandera près de deux heures trente de notre temps, dont une quarantaine de minutes d'entracte au total ! Mais de la grande visite, ça mérite bien un retour tardif à la maison. Ainsi donc, je prends place plus loin que d'habitude (rangée C) et tout autour de moi, les places trouvent preneuses et preneurs. 

Le moment venu, une fois les paroles de circonstances faites, le rideau s'ouvre sur une scène toute ombragée et débute "The point being" de Imre van Opstal et Marne van Opstal. Pour tenter de mieux vous décrire ce que j'ai découvert et apprécié là devant moi, voilà un extrait de la description de l'oeuvre fort représentatif , « Que se passe-t-il lorsque des événements multiples, apparemment sans rapport, entrent en collision ? Comment se superposent-ils en une entité respirable qui se transforme constamment en de nouvelles façons d'être ? Dans leur proposition, les chorégraphes explorent l'idée de synchronicité : le moment apparemment fugace où tout semble avoir un sens.» Les interprètes (Alexander Andison, Anna Bekirova, Conner Bormann, Thalia Crymble, Scott Fowler, Barry Gans, Nicole Ishimaru, Yukino Takaura) m'entraînent par leurs mouvements, de ma perspective, à des épisodes de vie dans différentes déclinaisons poétiques. Je suis particulièrement touché par les moment durant lesquels le violon enrobe le propos. Et, je m'en voudrais de ne pas mentionner la qualité esthétique de l'oeuvre avec entre autres cette "toile de fils" déployée pour produire des effets lumineux.

Une fois la pause terminée, la soirée reprend avec "One Flat Thing, reproduced" de William Forsithe et interprété Alexander Andison, Anna Bekirova, Jon Bond, Conner Bormann, Pamela Campos, Thalia Crymble, Matthew Folwer, Surimu Fukushi, Aram Hasler, Chuck Jones, Madoka Kariya, Genevieve O’Keeffe, Charlie Skuy, Sophie Whittome.

                                            Tirée du site de Danse Danse

Là, nous sommes vraiment ailleurs avec toutes ces tables déployées qui, selon le descriptif de la proposition  montre "Vingt tables, tels des radeaux de glace déchiquetés, s'envolent et deviennent la surface, le sous-sol et le ciel habités par un vol féroce de danseurs." Pour ma part, ce que je vois tout au long de cette proposition performative d'une vingtaine de minutes est une allégorie des travailleurs d'une usine en interactions et en action dans laquelle la production fait foi de tout. Avec ce rythme de plus en plus rapide, comme une machine qui s'emballe, peu de place à l'erreur. 

Pause

Comme j'en discutais avec mes voisins de siège durant la pause qui a suivi, je craignais le choc de deux tables avec des parties de corps (lire doigts ici) et eux aussi, mais non, rien de facheux ne s'est produit ! 

Fin de la pause

Autre moment d'attente pour revenir avec la proposition que j'ai préférée,  "Jackie" de Sharon Eyal et Gai Behar, interprétée par Fay van Baar, Anna Bekirova, Conner Bormann, Pamela Campos, Thalia Crymble, Scott Fowler, Aram Hasler, Chuck Jones, Genevieve O’Keeffe, Charlie Skuy, Yukino Takaura, Theophilus Vesely. 

Le tout débute avec une masse compacte de corps en apparence nus, mais qui sont revêtus de costumes moulants couleur peau ! Il en reste que de cette masse "organique" les mouvements oscillent, avec des fibres qui parfois s'en détachent. Il en est de ce groupe comme d'une micro société. Pour mieux décrire, je me permets d'utiliser un extrait du programme, "Il s'agit d'un érotisme esthétique avec des références aux peintures de vases grecs, une énergie bouillonnante, des rituels printaniers émouvants et une unité d'ensemble entraînante dans une envolée haletante." 

Au final, mon coup de coeur de la soirée, impression partagée par des voisins de siège et qui se termine avec des applaudissements tout aussi nourris que mérités !

Bon c'est vrai, la soirée se termine un peu tard, mais pour de la grande visite, ça en valait grandement la peine ! Merci monsieur Des Marais et Danse Danse !

jeudi 21 mars 2024

Sur mes pas en danse: Pour découvrir avec ravissement les "192 TÂCHES" des personnes étudiantes au département de danse de l'UQAM !

 Le calendrier a beau indiquer que le printemps est arrivé, avec les activités comme celle à laquelle mes pas me portent en ce début de soirée, il en reste que la neige qui tombe me rend quelque peu confus. Peu importe, c'est fort curieux que j'arrive "quelque peu (!)" à l'avance pour assister à la première présentation du spectacle de fin d'année de la gang des non-finissant.es du département de danse de l'UQAM. Bien curieux je suis, de découvrir la proposition d'Helen Simard (en collaboration avec les interprètes), "192 TÂCHES". Intéressé aussi de revoir "en action", plusieurs des interprètes que j'ai vu la semaine précédente, lors de ma présence à la "Passerelle 840" !

                            Affiche de la soirée tirée du site du Département de danse de l'UQM

Une fois les portes de la salle ouvertes, je me dirige vers "mon" siège en première rangée, à côté d'un autre avec l'affiche "réservé", et qui restera vide jusqu'au début de la présentation. Intrigant !!! Tout juste devant moi, le rideau noir est présent et nous empêche de voir au devant, l'espace scénique. Pendant ce temps, les ondes musicales (du complice de toujours de la chorégraphe, Roger White) "menaçantes" sinon empreintes de mystère, de ma perspective, emplissent le lieu et que la très grande majorité des sièges trouvent preneuses et preneurs.

Et le moment venu, les rideaux s'ouvrent pour nous faire découvrir tout au fond dans un coin, les interprètes regroupés tout de noir vêtus et qui nous font face, en attente d'effectuer leurs "192 tâches" ???? Pas question de décrire en détails ce que je découvrirai par la suite, mais en voici quelques éléments ! J'y ai vu tout au long, différents éléments d'une allégorie sur "l'éclosion" ou la révélation graduelle des différents membres d'un groupe, de la transformation de leur uniformité en leur individualité. Subtilement, il y aura la légère mais notable modification vestimentaire de l'une d'elle.  Aussi la non uniformité de tout.es durant certains tableaux. Il y aura les chemins qui divergent et les pas différents qui les parcourent. Dans les tableaux de groupe, un élément (volontaire ou non ???) me plait particulièrement, soit celui durant lesquels les cheveux ( en couette) tournoient, rehaussant les rotations des certains corps ! 

Avec leurs touches toutes personnelles, les mouvements emplissent le lieu, tout proche de moi, parfois très proche même (un de mes plaisirs de spectateur !!). Individualité oblige, la transformation toute graduelle de leurs tenues vestimentaires enrichie le propos. Et le tout se termine, juste avant la fermeture du rideau par un symbole fort beau, fait par une ombre chinoise qui montre, pour moi, que tout.es sont prêt.es à s'envoler vers un futur prometteur ! 

Tout au long, il n'y aura pas seulement de la danse, mais aussi d'autres talents exploités et fort bien, dont le chant ! Et une fois le rideau fermé, il s'ouvre de nouveau pour nous présenter, d'abord les salutations de tout.es fort personnelles et spectaculaires, avec parfois des pirouettes, suivies par d'autres plus traditionnelles accompagnées par leurs grands sourires. Sourire de satisfaction fort bien mérité !

Merci, Maria Fernanda Bazo Ramirez, Charlotte Beaulieu, Èvemarie Bourdeau-Lévesque, Sabrina Colasante, Laurie Daraîche, Sandrine Dupont, Marie-Laurence Fugère, Fjord Gagnebin, Marie-Soleil Leblanc, Carolanne Marguerin, Camille Mongrain, Anissa Nadeau, Elizabeth Pelletier, Anabelle Petit, Lina Pinatel, Marie-Anne Rahimi, Igor Salvi, Fabian Silguero et Hannah Surette !

Et, puis, Robert, ce siège vide, est ce qu'il le restera ??? Bon, pas question de l'indiquer ici, mais à la toute fin, moi, grâce à ce siège, en main, j'aurai une paire de lunettes fumées que, soyé.es rassuré.es sera remise aux salutations finales à qui de droit !